*Test* Fallout 76 : la chute d



Le Test

Au siècle dernier, Fallout était un jeu de rôle au tour par tour, aux multiples choix moraux et dont les dialogues avaient tellement d’importance qu’il était possible de battre le boss final uniquement par la parole. Mais ça, c’était avant… On nous signale dans l’oreillette que vingt ans plus tard, Fallout c’est un jeu multijoueur/coop en ligne orienté vers le tir en vue subjective, la survie et le craft, sans système de karma, ni aucun dialogue à embranchements, ni aucun interlocuteur humain. Wait… What ?

Comme tout Fallout qui se respecte, Fallout 76 démarre par une séquence de sortie d’abri, alors que des humains enfermés depuis le déchaînement du feu nucléaire tentent de reprendre possession des terres désolées.Avec une petite subtilité cette fois, les habitants de l’abri 76, inauguré en 2076 pour les trois cent ans de la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique, sont parmi les premiers à pouvoir émerger de leur bunker. Nous sommes en 2102, vingt-cinq ans seulement après la grande guerre atomique, et le héros que vous incarnez s’apprête à faire le grand saut. Tout commence par la création de personnage, toujours aussi impressionnante depuis Fallout 4. L’outil de modélisation des visages pousse le souci du détail jusqu’à proposer des décorations de type « acné sur le front », c’est dire ! Une fois votre beau gosse ou votre laideron créé, il n’y a plus qu’à suivre le chemin jusqu’à la grande porte. Bizarrement, aucun autre habitant n’est encore présent dans l’abri, seuls des messages pré-enregistrés et des panneaux d’information étant là pour guider le joueur. On aurait préféré pouvoir discuter avec quelques humains, mais le jeu tient manifestement à nous isoler. Malgré cette lacune, l’ambiance Fallout est tout de même bien présente. Dès les premières minutes, décorations rétro-futuristes, robots low-tech et affiches mettant en vedette le sémillant Vault Boy sont là pour assurer le spectacle. Puis vient l’heure de sortir du bunker. La lourde porte s’ouvre majestueusement, on s’apprête à enfin revoir la lumière du soleil qui nous a tant manqué, un panorama s’étendant à perte de vue se dévoile sous nos yeux ébaubis, quand soudain… « Echec lors de la récupération de votre personnage. Le serveur n’a pas pu traiter votre requête. Code d’erreur de rappel de personnage : 4 ». Ok, Môssieur 76, puisque tu le prends comme ça, on va suivre ton exemple et entamer notre test par la question des bugs. Cela n’étonnera guère les habitués des productions Bethesda : ils sont aussi nombreux que variés.

 

UN JEU BOURRE DE RADCAFARDS

Fallout 76Erreurs de connexion, plantages du jeu occasionnels (et même systématiques lorsqu’on le quitte), créatures qui se coincent dans les décors, ennemis qui apparaissent en mode T (droits comme des poteaux avec les bras à l’horizontale) avant d’être animés, héros qui devient…

Lire l’article original