Dead or Alive Xtreme 3 Scarlet annoncé sur Switch et PS4, tout ce qu



Alors que l’on pensait que Koei Tecmo avait tout déballé avec Dead or Alive Xtreme 3, l’éditeur révèle aujourd’hui l’existence d’une déclinaison Scarlet qui, comme on peut le deviner, permettra d’incarner des nouvelles demoiselles. Par exemple, on sait que Misaki, issue du free-to-play Dead or Alive Xtreme: Venus Vacation (PC), fera partie du casting, et une seconde tête devrait être annoncée prochainement. D’après ce qui est indiqué sur le site officiel du jeu, les festivités débuteront au Japon le 20 mars 2019 sur PS4 et Nintendo Switch, la console de Kyoto proposant même de la 4D, c’est à dire le fameux HD Rumble couplé au Soft Engine. On vous laisse imaginer le résultat.

Puisque l’on parle de la machine de Kyoto, il faudra se satisfaire du 900p en mode TV, tandis que le 720p sera de rigueur hors du dock. Pour ce qui est du framerate, ce sera limité à 30fps, alors que ça tournera en 1080p 60fps sur PS4. Côté contenu, on nous évoque la réalité virtuelle via le mode « VR Paradise » sur la machine de Sony Interactive Entertainment, sans oublier la promesse d’une version free-to-play qui fera office de mise en bouche – elle arrivera à une date non indiquée sur Switch. Il nous est également signalé que les possesseurs de Dead or Alive Xtreme 3 Fortune pourront profiter des nouveaux visages introduits dans Scarlet, à condition de passer à la caisse.

Dead or Alive Xtreme 3 Scarlet

Côté gameplay, les développeurs ont procédé à quelques ajustements en tenant compte des retours des fans qui, par ailleurs, avaient du mal à se remplir les poches. Désormais, il sera plus facile de débloquer certains maillots de bain avec la monnaie du jeu. Enfin, il y a une édition collector à 12 800 yens (114€) pour les deux consoles. A ce prix-là, on aura droit à un exemplaire du jeu, à un tapis de souris à l’effigie de Misaki, à un set de 11 costumes, à un photo book, et à deux cartes spéciales « bikinis interdits » que les acquéreurs des premières éditions pourront se procurer.




Lire l’article original